Les critiques par titre de pièce, comédien, théâtre, auteur...



Accueil

Pièce par genre :
Humour
(Salle > 300 places)
Humour
(Salle < 300 places)
Contemporain
Classique
Comédies musicales
One man show

Sortir malin :
Les étoiles

Meilleurs ventes

Agenda
Tarifs réduits
Coups de coeur
Conseil clic

Coté cour :
Comédiens à l'affiche

Toutes les pièces, toute la France
Nous joindre


STUPEUR ET TREMBLEMENTS

D'après Amélie Nothomb
Adaptation, mise en scène et interprétation de Layla Metssitane

Du vendredi 18 mars 2011 au dimanche 15 mai 2011

THEATRE DU PETIT HEBERTOT
78 Bis Bd des Batignolles, 75017 Paris
M° Villiers ou Rome
25 € (Placement libre) + frais de réservation : 2.8 €

Le pitch :
Stupeur et tremblements n’est pas une attaque, ni un jugement de valeur des us et coutumes et de la façon de vivre des japonais.
C’est au contraire une vision humble, drôle et intelligente d’une jeune femme confrontée à un monde nouveau.

LES AVIS :

Un moment plein de grace :
Layla Metssitane est une formidable conteuse.
Sa sensibilité et la poésie qu’elle dégage nous prennent sous son charme.
La gracieuseté des mouvements, la profondeur de sa voix, la créativité de sa mise en scène nous font passer un moment prenant.
Utiliser un extrait du roman d’Amélie Nothomb pour illustrer la soumission des femmes, qu’elles soit sous un tchador ou sous le maquillage d’une ghesha nous interroge en profondeur sur la place de la femme dans un environement culturel différent du notre.
Pour autant, l’exercice est difficile.
L’intérêt du récit à la première personne est en effet qu’il permet au lecteur de s’introduire dans la vie du narrateur qui se dévoile à lui. A-t-on besoin d’une tierce personne pour ce faire ?
Comment restituer la profondeur d’un roman avec un court extrait ?
L’amalgame « Tchador / Maquillage d'une ghesha » est il véritablement pertinent ?
On ressort alors du spectacle avec des sentiments contradictoires.
La puissance évocatrice incontestable de la conteuse se télescope avec les limites du genre.
(Patrick, Paris)

En synthèse :

Un beau moment d’émotion, mais évoquer sur scène un roman est un exercice compliqué.