Les critiques par titre de pièce, comédien, théâtre, auteur...



Accueil

Pièce par genre :
Humour
(Salle > 300 places)
Humour
(Salle < 300 places)
Contemporain
Classique
Comédies musicales
One man show

Sortir malin :
Les étoiles

Meilleurs ventes

Agenda
Tarifs réduits
Coups de coeur
Conseil clic

Coté cour :
Comédiens à l'affiche

Toutes les pièces, toute la France
Nous joindre


LE PROBLEME

Texte de François Bégaudeau
Mise en scène de Arnaud Meunier
Avec Jacques Bonnaffé, Anaïs Demoustier, Emmanuelle Devos, Alexandre Lecroc

Du jeudi 07 avril 2011 au samedi 14 mai 2011

THEATRE MARIGNY POPESCO
1 Avenue Marigny, 75008 Paris
M° Champs Elysées Clémenceau

41.8 € (1ère catégorie) 35.2 € (2ème catégorie) 27.5 € (3ème catégorie)

Le pitch :
Elle rompt. Annie, la quarantaine, vient chercher ses affaires. Deux adolescents bacheliers, son fils et sa fille, l’interrogent, la jugent ou la soutiennent. Écrivain, ses cinquante ans scotchés à son canapé, Alban conteste et se contient. Homme tassé, cassé, il fait des phrases pour retrouver un semblant de dignité. Mais Annie part, quitte le salon huppé et le confort acquis.

LES AVIS :

Profond :
La pièce commence par un échange de phrases, comme un cours de français, où le choix des mots semble plus important que le sens des phrases.
Le texte merveilleusement bien écrit donne une fausse impression de légèreté sur un sujet grave, le départ, annoncé par une simple lettre, de la mère du « foyer ».
Le public est spectateur de la discussion intime de ces 4 personnages, où l’on s’aperçoit que la pudeur n’est pas toujours là où l’on pense. Sexualité, amour, quotidien, tout est abordé par les adolescents qui ont une place prépondérante dans la pièce.
Le décor zen, presque froid, met encore plus en exergue la force du texte et le jeu des acteurs. L’interprétation est criante de vérité, accentuée par un jeu en temps réel, à tel point que le spectateur ressent les émotions des personnages, cogite avec eux, comme s’il devenait lui aussi un membre muet de cette famille, sorte de juré sans procès.
Une pièce profonde, cruelle et parfois drôle qui fait réfléchir sur le droit d’une femme à choisir son propre bonheur plutôt que celui de sa famille. Foncez-y !
Salomé (Paris)

Prenant :
Le spectateur assiste ici à un drame familial , celui d'une femme quittant son foyer,expliquant qu'elle préfère choisir son bonheur plutôt que celui de sa famille.
Une séparation traitée avec une grande intelligence par l'auteur et où les enfants prennent une place importante. Ils questionnent, interrogent et attendent des justifications de leur mère. Le père n'est ici que pour réagir aux propos énoncés par les protagonistes.
La pièce se joue d'une traite, les seules interruptions sont ces silences gênants qui remplacent les mots où la tension , "le problème" deviennent dès lors palpables.
Le décor est  froid, simple et met en valeur des acteurs  touchants, émouvants qui interprètent avec brio cette douloureuse séparation.
Une pièce touchante, prenante, intelligente et criante de réalisme. Je la recommande à tous.
Mickael (Paris)

En synthèse :

Des dialogues faussement légers, et la violence du drame s'exprime
dans les silences et par l'intensité du jeu des comédiens. Une réussite.