Les critiques par titre de pièce, comédien, théâtre, auteur...



Accueil

Pièce par genre :
Humour
(Salle > 300 places)
Humour
(Salle < 300 places)
Contemporain
Classique
Comédies musicales
One man show

Sortir malin :
Les étoiles

Meilleurs ventes

Agenda
Tarifs réduits
Coups de coeur
Conseil clic

Coté cour :
Comédiens à l'affiche

Toutes les pièces, toute la France
Nous joindre


L'OPERA DE QUAT'SOUS

De Bertold Brecht, musique de Kurt Weill
Mise en scène, Laurent Pelly

Du jeudi 14 avril 2011 au mardi 19 juillet 2011

COMEDIE FRANCAISE
Place Colette , 75001 Paris. Metro : Palais Royal

Places de 16,00€ à 51,70€

Le pitch :
Plongée haute en couleurs dans les bas-fonds de Soho vers 1900, où brigands et bourgeois s’exploitent, rêvent et s’encanaillent. 
Peachum, qui fait de la pauvreté son fond de commerce, s’enrichit sur le dos de faux mendiants s’évertuant à éveiller la compassion des passants. Ces rues sont aussi le domaine de Mackie le Surineur, petit truand aux compétences multiples. Parce qu’il n’est ni charmant ni galant, il séduit, au grand dam de ses parents, Polly Peachum.

LES AVIS :

Intelligent et divertissant  :
« Qui est le plus nuisible, celui qui braque les banques ou celui qui les crée ? » disait Brecht.
Le message est bien présent dans cet opéra subversif, qui n’a rien perdu aujourd’hui de son côté noir et acerbe, surtout dans cette mise en scène de Laurent Pelly, qui situe l’action dans une époque assez proche de la nôtre. Dans les dorures bourgeoises de la Comédie Française, le regard caustique de Brecht sur la société prend un air cocasse et cynique, et bien intéressant. Pari tenu donc, et grandement.
Cette grande fresque à la fois jouée et chantée, ne supporte pas la demi-mesure : il faut des artistes sachant jouer et chanter. Et la Comédie Française ne manque pas de (belles) voix. Pendant trois heures, ils nous entraînent dans ce ballet poétique et politique. Impressionnant Thierry Hancisse, en Mackie violent et charmeur, touchante Léonie Simaga en Polly fragile et déterminée, Raffaelli et Vella couple odieux et tous les autres, mendiants, prostituées, brigands, policiers véreux ….. , tous jouent leur partition avec brio.
Même les changements de décors (à vue) sont intégrés au spectacle : machinistes et comédiens se côtoient sur un plateau grouillant comme les bas-fonds où se situe l’action. Ce qui est glauque et sordide prend une résonnance bien particulière, quand c’est directement au public que les personnages adressent parfois leur message : le pire ennemi de l’homme, c’est l’homme ! Miroir tendu aux spectateurs que l’on regarde encore longtemps après la fin de la représentation.
Un spectacle complet, intelligent et divertissant à la fois.
(Patricia, Courbevoie)

Une réussite  :
Nous sommes à Londres de nos jours,où tout un univers plutôt glauque,à la Dickens,attend le couronnement de la reine ( ?). Dans un décor de bas-fonds très réaliste (garages,maison close,prison ) qui met à nu toute l’arrière scène et ne l‘habille que partiellement par des murs,portes,lits, placés –en partie- par les comédiens tout en jouant , « l’Opéra de Quat’sous »,dans cette mise en scène de Laurent Pelly,nous fait entrer dans le monde des mendiants en bande organisée,dirigés par Peachum/Bruno Raffaelli (excellent),le monde des cambrioleurs de Macheath/Thierry Hancisse et enfin celui des policiers à l’attitude ambiguë de Tiger Brown/Laurent Natrella. Drame d’amours contrariées, de jalousie féroce entre trois ‘rivales’,d’intérêts,de violence,de trahison, lié à une critique acerbe de la bourgeoisie (les banques et les banquiers), assorti d’une « happy end » surprenante,cet ‘opéra’ hors normes est une forme de théâtre mixte qui veut abolir la frontière entre précisément l’opéra et le théâtre.Et ce but est atteint grâce à la présence sur scène d’une vingtaine de comédiens qui savent aussi fort bien chanter (Léonie Simaga/Polly,Thierry Hancisse/Macheath),avec une sorte d’autodérision lorsque la ‘justesse’ manque (Marie-Sophie Ferdane/Lucy,Véronique Vella/Mrs Peachum) et qui sont accompagnés d’un orchestre flamboyant.
Une très belle soirée !
(Anne-Marie,Neuilly)

En synthèse :

Trois heures de grand spectacle, ou tout le savoir faire de la Comédie-
française sert avec bonheur ce chef d'oeuvre de Berthold Brecht