Les critiques par titre de pièce, comédien, théâtre, auteur...



Accueil

Pièce par genre :
Humour
(Salle > 300 places)
Humour
(Salle < 300 places)
Contemporain
Classique
Comédies musicales
One man show

Sortir malin :
Les étoiles

Meilleurs ventes

Agenda
Tarifs réduits
Coups de coeur
Conseil clic

Coté cour :
Comédiens à l'affiche

Toutes les pièces, toute la France
Nous joindre


L'AMOUR, LA MORT LES FRINGUES

D’après le livre de Llene Beckerman
Adaptation et mise en scène de Danièle Thompson
Avec du 11 janvier au 5 février : Bernadette Laffont, Karin Viard, Géraldine Pailhas, Valérie Bonneton, Caroline Proust Du 8 février au 5 mars : Miou Miou, Sylvie Testud, Ariane Ascaride, Géraldine Nakache, Pascale Arbillot, sylvie Vartan

Du mercredi 11 janvier 2011 au samedi 5 mars 2011

THEATRE MARIGNY POPESCO
1 Avenue Marigny, 75008 Paris
M° Champs Elysées Clémenceau
50 € (1ère catégorie), 40 € (2ème catégorie), 30 € (3ème catégorie)
+ frais de réservation : à partir de 3 €

Le pitch :
Ces chiffons sont des traitres : loin de nous habiller ils mettent à nu nos complexes, nos humeurs… Accrochés à leurs cintres, à nos mémoires aussi, ils exercent sur nous une dictature sournoise. Blottis, serrés les uns contre les autres, ils construisent dans nos placards un rempart contre l’oubli. Souvent tachés pour l’éternité d’encre ou de groseille, imprégnés de parfum, de larmes quelquefois, empilés ou bordéliques sur nos étagères, ils restent liés pour toujours aux chapitres heureux ou malheureux de notre vie.

LES AVIS :

Pas convaincu :
L’idée est, à priori, attrayante : réunir une pléiade d’actrices de tout premier plan qui jouent en alternance sur des textes qui nous parlent des femmes, cela parait plutôt sympa.
Et le succès de la pièce « Les monologues du vagin » (qui fonctionne un peu sur ce principe) prouve que, bien travaillé, le résultat peut être à la hauteur.
Malheureusement, le résultat est ici décevant
Le premier soucis, c'est qu'on s'attend à une pièce de théâtre, et qu'Il s’agit en fait de lectures, faite sur…Ipad, et que voir durant une heure trente des comédiennes le nez rivé à leur écran manque d'intéret..
Le deuxième souci, c’est que (pour la plupart d’entres elles), les comédiennes ne maitrisent pas totalement leur personnages, leur intentions, ou l'art de la lecture. On assiste alors une suite de sketches mais on décroche bien vite.
Au final, on s’ennuie un peu, et on a même la désagréable impression de s'être fait un peu "appâté" par une habile communication..
(Claude, Paris)

En synthèse :

Des avis très controversés.