Les critiques par titre de pièce, comédien, théâtre, auteur...



Accueil

Pièce par genre :
Humour
(Salle > 300 places)
Humour
(Salle < 300 places)
Contemporain
Classique
Comédies musicales
One man show

Sortir malin :
Les étoiles

Meilleurs ventes

Agenda
Conseil Clic
Coups de coeur
Conseil clic

Coté cour :
Comédiens à l'affiche

Toutes les pièces, toute la France
Nous joindre

Fabrice Luchini

FABRICE LUCHINI LIT PHILIPPE MURAY

Du samedi 13 mars 2010 au dimanche 13 février 2011

La pièce n'est plus à l'affiche

Le sujet :
Le comédien reprend son spectacle autour de l'oeuvre de Philippe Muray..
LES AVIS :

Un excellent moment  :
Philippe Muray était un chroniqueur (L’idiot international, Marianne), pamphlétaire, qui s’est attaqué aux travers (au « désastre » disait il) de notre société contemporaine.
Luchini c’est emparé avec cette délectation qui lui est propre de ces pamphlets.
Il faut reconnaitre que le comédien à trouver ici un auteur qui lui correspond : toute la jubilation intérieure de l’acteur transparait lorsqu’il nous cite avec cette gourmandise qui est la sienne la prose drôle et acide du critique.
Luchini a du talent, sa rencontre avec Philippe Muray fait mouche, et c’est avec une réelle (parfois étonnante) jubilation que les spectateurs apprécient de voir refléter dans ce miroir que leur tend l’artiste les défauts qui sont les leurs.
Bien sur, ceux qui sont allergiques au genre et qui pense que l’art du pamphlet est un art mineur éviterons, mais tous les autres passeront un excellent moment.
(Claude, Paris)

Un grand comédien :
Fabrice Luchini, penseur sincère et authentique de l’art théâtrale, à l’instar d’un Louis Jouvet qu’il cite souvent comme référence, ou habile communiquant qui sait, sous le couvert de citations, se positionner comme penseur pour bobos dans les médias complaisant ?
Bien difficile de répondre à l’issue de la représentation.
L’homme à un grand talent. Il maîtrise son public, il a le sens de la formule, et (en professionnel bien rodé), il sait, à travers des extraits bien choisis, nous faire part (ou croire) à ses doutes, ses éblouissements, ses fragilités d’homme.
Le discours en lui-même, bien que souvent abscons, n’est pas sot est derrière les propos cités il y a effectivement matière à réflexion.
On peut, cependant, garder toujours une certaine réserve en ne voyant ici qu’un comédien qui sait jouer, en grand professionnel qu’il est, le personnage qu’un public (acquis par avance) attend.
Reste que les auteurs et les extraits sont bien choisit, que sa folie étonne, que le travail est incontestable et que ce spectacle jubilatoire fonctionne. Et l’on ne peut s’empêcher malgré toutes ses réserves, de plonger sans discernement dans ce que le comédien nous raconte. N’est ce pas là l’essence de la magie du théâtre  ?
(Patrick, Paris)


En synthèse :

Une belle rencontre entre un formidable "diseur" et un pamphlétaire de talent.